independent curator, art editor & writer

Randa Maroufi, La Tentation du Genre

Décembre 2015
Publié dans le 31e numéro de Diptyk

Back to publications

Une terrasse grise, silencieuse, sur laquelle tranche une femme vêtue d’une robe rose pâle à rayures. Seules ses lèvres carmin et une fleur rouge à ses cheveux ajoutent un peu de couleur dans ce paysage mélancolique d’immeubles et de fils électriques. L’air absorbé, elle étend un voile finement brodé. À son oreille, une boucle en perle ; à ses doigts, une bague. Pourtant ses traits ne semblent pas féminins…

Randa Maroufi, <em>La Grande Safae</em>, 2015
Randa Maroufi, La Grande Safae, 2015. Courtesy of the artist and Le Fresnoy Studios

Dans son court-métrage, Randa Maroufi nous invite à frôler les frontières du genre. La Grande Safae est-elle un homme ou une femme ? Ce personnage insaisissable, mythique et fantasmé, Randa ne l’a pas connu : il était employé de maison dans sa famille, qui ne connaissait pas sa « véritable » identité sexuelle. Refusant de lever définitivement le voile sur la Grande Safae, l’artiste joue avec nos perceptions, nos jugements et notre trouble. Résistant à la tentation de mettre des étiquettes, elle nous rappelle que chacun d’entre nous est davantage à l’image de la broderie : tissé de complexité.

Retrouvez l'article dans le Diptyk N°31.

© Clelia Coussonnet

Back to publications